CHER

Bué, Crézancy
Menetou-Ratel
Sancerre
Sainte-Thorette, Quincy,
Cornusse, Charly,
Cerbois, Limeux,
Lissay-Lochy, Vorly


concernés par l'implantation d'éoliennes

(extraits)

La Nouvelle République du Centre-Ouest
CHER, samedi 25 mars 2006, p. 12

SOLOGNE ET SANCERROIS

Les éoliennes : oui, mais chez le voisin !
Lors de la réunion du conseil municipal, les Sancerrois sont venus nombreux exprimer leur inquiétude sur l'impact paysager et touristique de l'implantation d'un parc d'éolienne sur le site de Bellechaume.
A.G.
A l'ordre du jour de la réunion du conseil municipal, l'étude d'un projet d'implantation d'éoliennes, a retenu l'attention de nombreux Sancerrois présents jeudi soir dans la grande salle d'honneur de la mairie. Jean-Pierre Laurent de La société Eole-Res y présentait une nouvelle fois le projet d'un parc éolien en Sancerrois devant un public curieux : « On n'est ni pour, ni contre, on veut être informés. » Le maire se veut à l'écoute de ses administrés puisque « cette information, tout d'abord destinée aux conseillers municipaux, a été élargie en réunion publique face à la demande des Sancerrois. » Une déclaration suivie de cette précision de Jean-Pierre Laurent : « Il est important de dire qu'aujourd'hui, le projet en Sancerrois n'existe pas, on n'ira jamais à l'encontre des élus locaux. » Ce que Jacques Haton confirme à son conseil : « Il n'y aura pas de décision prise ce soir, on vous laisse le temps de la réflexion quinze jours ou trois semaines. »
Les projections accompagnées du commentaire de Jean-Pierre Laurent se sont succédé jusqu'à ce qu'un vent contraire se lève du côté d'Amigny à l'apparition des photos-montages des implantations d'éoliennes : « Mais elles sont au-dessus de nos têtes ! Elles sont entassées entre Amigny et Chavignol, pourquoi pas plus vers Menetou-Ratel ? » Face aux arguments d'un public inquiet de l'impact paysager, le représentant de la société Eole-Res s'appuie sur l'évolution du paysage viticole, la vue panoramique sur la centrale nucléaire de Belleville et les silos de Saint-Satur. Michel Cornille s'insurge : « Ce n'est pas parce que les choses ne sont pas belles qu'il faut en créer d'autres ! ». Un vigneron dénonce : « On a aménagé la Maison des Sancerre avec une terrasse qui donne sur le vignoble et on va voir les éoliennes ! »
Un refus égale une annulation
L'impact sur le tourisme a donné lieu à un échange courtois mais ferme. Jean-Pierre Laurent affirme que « les enquêtes montrent que c'est un atout ». Philippe Deloup, président de l'office de tourisme constate que « les étrangers sont très remontés contre les éoliennes, surtout ceux du nord, ils nous ont dit : " Si vous faites ça en Sancerrois, on ne reviendra plus ". Ils veulent voir autre chose que des champs d'éoliennes qu'ils ont chez eux et il faut savoir qu'ils représentent 25 % des touristes en Sancerrois... »
Un dernier échange a eu lieu entre Jean-Pierre Laurent, qui a « l'intime conviction que c'est un projet qui tient la route » et les Sancerrois : « Alors pourquoi ne pas les implanter uniquement sur Crezancy et Menetou-Ratel ? » La réponse, très claire, a fusé : « Si une seule des quatre communes refuse ce projet c'est évident que nous annulerons tout. »
Le fruit de cette réunion tient à cette simple conclusion : « Les éoliennes, c'est bien mais chez le voisin ! »

 

La Nouvelle République du Centre-Ouest CHER, samedi 21 janvier 2006, p. 17
SOLOGNE ET SANCERROIS
L'énergie des éoliennes
Sancerre étant site classé, les élus restent très réservés sur l'impact qu'aurait l'implantation de douze éoliennes au faîte de Bellechaume sur le paysage.
A.G.
........, quatre communes du canton de Sancerre (Bué, Crézancy, Menetou-Ratel et Sancerre) pourraient bénéficier d'une taxe professionnelle issue de l'implantation de douze éoliennes au faîte de Bellechaume (lire NR de vendredi). Cette annonce effectuée jeudi lors d'une réunion d'information aux élus concernés, par...., chargé de prospection de la société Eole-Res, basée à Avignon, a été appréciée par....., .... et le maire de Sancerre et ....., adjoint, restaient beaucoup plus circonspects quant à l'impact paysager et touristique de douze mâts d'une hauteur de 130 m (pour mémoire les tours de la centrale de Belleville ne dépassent pas 90 m) d'un diamètre de 4 m à 4,50 m. Sancerre étant site classé, l'impact sur le paysage sera vraisemblablement très discuté lors du lancement des études environnementales, prévues en mai-juin, bien que le secteur accueille déjà deux pylônes hertziens et que le panorama à 360 ° offre une vue sur le site nucléaire et les silos de Saint-Satur.
le Promoteu......affiche un optimisme à toute épreuve : « Nous venons de déposer le permis de construire pour trente-cinq éoliennes sur les côtes de Beaune et nous avons un projet en Arbois... » Il a également répondu à l'inquiétude des vignerons : « Certains nous disent que les éoliennes attirent la grêle, nous avons contacté Météo-France qui nous a affirmé qu'il n'y avait aucun risque. »
Le dossier éoliennes en Sancerrois est déjà bien ficelé. Les premiers contacts ont été pris en 2002 avec les communes, l'étude de préfaisabilité débutée en 2003 vient de prendre fin. L'anémomètre, installé depuis un an sur l'antenne de Bellechaume confirme une situation bien venteuse Sud Ouest-Nord Est.
La production achetée par EDF
Les études sur la faune font état d'une absence de nuisances : « Les passages migratoires de Loire ne concernent pas le projet » affirme le promoteur....
Avant le premier tour de pale, la société .....présentera le mois prochain aux conseils municipaux qui auront à délibérer sur cette implantation, une simulation photographique dans le paysage.
La Nouvelle République du Centre-Ouest CHER, vendredi 20 janvier 2006, p. 2
Le vent de folie souffle aussi en Sancerrois
A.G.
POINT CHAUD
En lisant les comptes rendus des conseils municipaux, ou encore des réunions préparatoires aux grands chantiers, on se rend compte que de nombreuses communes du Cher misent sur les énergies renouvelables. Les projets de parcs éoliens ont... le vent en poupe. Sainte-Thorette, Quincy, Cornusse, Charly, Cerbois, Limeux, Lissay-Lochy, Vorly sont approchées par les professionnels qui veulent placer leur matériel. L'offre est alléchante, car derrière les investissements, c'est de l'argent qui tombe dans les caisses. Environ 20.000 euros par éolienne et par an pour les communes, sans compter les 4.000 euros annuels versés aux propriétaires des terres d'accueil de ces monuments de 130 m de haut.
Le Sancerrois fait aussi partie du lot avec un projet portant sur douze éoliennes, à cheval entre Sancerre, Crézancy, Menetou-Ratel et Bué, sur la butte de Bellechaume (1). « Il nous les faut.. parce que si on ne les a pas ici, elles iront ailleurs ! », dit un maire. Jacques Haton, maire de Sancerre, reste plus frileux pour le côté paysager de l'affaire. Avec l'implantation de quatre éoliennes sur son territoire, Crézancy remporte le jackpot. Les communes de Menetou-Ratel et Bué accueilleront chacune trois éoliennes. Restent deux, sur les terres de Sancerre. Avec une puissance de 24 MW, la douzaine d'éoliennes couvrirait les besoins énergétiques de 30.000 habitants. L'investissement, réalisé par la société Eoles-Res, atteint 26 millions d'euros. Avant de délibérer sur la création d'une zone de développement éolien dans leurs plans locaux d'urbanisme, maires et conseillers municipaux seront invités en février à participer à une réunion d'information avec simulations photographiques dans le paysage. D'ici là, les oreilles des élus risquent de leur siffler un peu...
- (1) 370 mètres d'altitude face au superbe panorama, sur le Piton.
La Nouvelle République du Centre-Ouest CHER, jeudi 12 janvier 2006, p. 13 (résumé)
SOLOGNE ET SANCERROIS L'éolienne un projet dans le vent
Si l'année 2005 a été relativement calme au niveau réalisations, 2006 sera à Bué porteuse de dossiers importants, a annoncé le Maire., lors de la présentation de ses voeux
Elle a notamment cité le plan local d'urbanisme, ..
Un autre projet poursuit son petit bonhomme de chemin en Sancerrois : Bué, comme Crézancy, Menetou-Ratel et Sancerre est concerné par l'implantation d'éoliennes :
Au mois de juin, un anémomètre a été installé sur l'antenne de Bellechaume pour mesurer le vent. La société ..... semble satisfaite des résultats. Nous attendons maintenant les photos montage qui nous donneront un aspect plus concret de l'impact paysager » a annoncé le maire.
Et d'assurer : « Nous organiserons une réunion publique ouverte à tous les habitants du Sancerrois afin que vous soyez tous bien informés. »

 

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.