Pas d’éoliennes à Azincourt
----->voir l'article complet dans la voix du nord 23/12/05

Pas d’éoliennes à Azincourt. ­ Depuis deux ans, c’était devenu le cauchemar de riverains du projet, et même un crime de lèse-majesté ou presque pour les nombreux Anglais qui fréquentent le Centre historique médiéval d’Azincourt. Ceux-là auront le sourire puisque "l'entreprise, a annoncé officiellement hier qu’elle renonçait à son projet d’implantation de quatre éoliennes à proximité du lieu de la bataille la plus célèbre de la guerre de Cent Ans. L’entreprise précise qu’elle a signifié le retrait de sa demande de permis de construire (qui n’était pas accordé) «pour des raisons techniques», et non sous l’effet de l’opposition qui s’était formée de part et d’autre de la Manche.


La Voix du Nord Vendredi 30 décembre 2005
Français et Anglais unis dans cette autre « bataille » d'Azincourt
Le fruit d'une certaine « entente cordiale »
Thierry Yverneau, Don Baggs, Patrick Fenet et Dave Williams (/de gauche à droite sur notre photo en février 2004/) symbolisent cet « attelage» franco-anglais déterminé à préserver le site historique d'Azincourt. MM.Baggs et Williams, amoureux du site, ont alerté les médias britanniques et activé des réseaux au point que Cyrille Schott, le préfet du Pas-de-Calais de l'époque (le projet remonte à 2003), sera surpris par les nombreux mails de protestation en provenance d'Angleterre. Le phénomène sera tel que même l'acteur Robert Hardy écrira un billet bien senti dans les colonnes du /Times/. Toutefois, l'ADENP a reçu des soutiens locaux, voire «châtelains» par M.Dragesco Bernard de Barly et de M mede Saulieu à Grand-Rullecourt, eux-mêmes concernés par des projets éoliens dans leur canton. Soutenue par l'association Vent de colère, l'ADENP prône d'autres alternatives. «Nous sommes pour l'énergie renouvelable mais plutôt celle du solaire ou du bio-carburant. Comme ces agriculteurs qui installent des chaudières à blé» argumente M.Yverneau. L'agrandissement du centre historique médiéval en 2006 devrait faire passer le nombre de visiteurs de 30000 à 50000. En tout cas, l'ADENP organisera une journée de remerciements en juin, afin de vérifier que « l'entente cordiale» n'est pas une formule factice.
O.A.
Le maire d'Azincourt, Bernard Boulet, n'a pu être joint, pour livrer son opinion.

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.