Charente-maritime Saint-Crépin la Centrale éolienne doit impértivement s'arrêter la nuit (voir enquête sur le bruit)

Le préfet de la Charente-Maritime a apporté des modifications
aux orientations des projets éoliens


Sud Ouest
Charente-Maritime, mercredi 22 juin 2005, p. 2

EOLIENNES.
Les éoliennes s'éloignent des paysages et des oreilles

Il n'y aura pas d'éolienne en baie d'Yves. Ni à Chef-de-Baie, à La Rochelle. Ces deux dossiers même si le second avait déjà du plomb dans l'aile ont donc fait définitivement les frais des modifications apportées par le préfet Bernard Tomasini dans les grandes orientations en matière de parc éolien pour la Charente-Maritime (1).

La première retouche concerne la protection des patrimoines naturel et historique : les éoliennes d'une hauteur supérieure à 12 mètres ne pourront être implantées à moins de deux kilomètres, des « paysages emblématiques, ainsi que dans les paysages à identité caractérisée ». « Cela concerne notamment les marais et le bord de mer », précise Bernard Tomasini.

La deuxième modification majeure vise à protéger les oreilles. Comme nous l'annoncions la semaine dernière (« Sud Ouest » du 17 juin), le préfet écartera, en effet, tout projet d'éolienne située à moins de 900 mètres des zones d'habitation. Par ailleurs, lors de l'étude d'impact, les examens liées aux nuisances sonores porteront sur un rayon de 1,8 km autour de l'éolienne.

Pas de « mitage ».

Conséquence de ces modifications : les éoliennes seront concentrées en des parcs plus importants, de manière à éviter le « mitage » du territoire, c'est-à-dire un éparpillement de plusieurs petits parcs dans le département.

Pour mémoire, seuls trois parcs éoliens ont été autorisés à ce jour par la préfecture : Saint-Crépin, déjà en activité, Saint-Germain-de-Marencennes, toujours dans l'attente d'un permis modificatif, et Péré, dont le permis a été accordé le 30 mai.

D'autres dossiers ont été déposés (2), mais devront répondre aux nouvelles exigences de l'Etat. Parmi eux, le dossier d'Yves, trop près d'un « paysage à identité caractérisée », est déjà hors-jeu. « Ce projet n'est plus valable », commente simplement Bernard Tomasini.

Ces mesures n'empêcheront pas les municipalités d'autoriser l'installation d'éoliennes de moins de 12 mètres, à condition qu'elles soient en conformité avec la loi.

Quoi qu'il en soit, les trois premiers parcs éoliens de la Charente-Maritime apporteront 25 des 60 mégawatts attribués au département par le plan régional éolien.


Note(s) :

(1) Ces orientations figurent dans une brochure intitulée « Des éoliennes en Charente-Maritime », éditée en février 2004, à la demande du préfet de l'époque, Christian Leyrit.

(2) Saint-Jean-de-Liversay, Saint-Cyr-du-Doret et Ferrières, Bernay-Saint-Martin, La Benâte, Saint-Georges-de-Longuepierre et Nuaillé-sur-Boutonne, Saint-Mandé-sur-Brédoire, Saint-Pierre-de-Juillers, Siecq, Bignay et Mazeray, Mortagne-sur-Gironde et Yves.


 

 

 

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.