cliquer ici pour télécharger le document word

" Vent de Colère ! " FEDERATION NATIONALE Président : Alain BRUGUIER Chemin des Cadenèdes 30330 ST LAURENT LA VERNEDE
Site : www.ventdecolere.org Porte parole : Pierre BONN La Pendude 11320 MONTMAUR Tél/Fax 0468600821 p.bonn@libertysurf.fr

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________


Communiqué de " Vent de Colère ! " sur le vote d'amendements au projet de Loi d'orientation sur l'Energie et les déclarations du SER.
17 mars 2005
_______________________________________________________________________


NOS REACTIONS AUX AMENDEMENTS ADOPTES :
Supprimer la limite des 12 MW et privilégier les grands parcs ne changera en rien le bilan énergétique calamiteux de l'éolien industriel, un véritable désastre économique pour l'Etat et les consommateurs, un saccage paysager et une imposture écologique.
Le bénéfice de l'obligation d'achat d'électricité sera réservé aux parcs de forte puissance, " à la condition qu'ils soient situés dans des zones de développement éolien identifiées par le Ministère chargé de l'Energie ", nous interpelle sur la vocation de ce Ministère à prendre en charge la défense des paysages !
Pour Vent de Colère ! La solution au problème, c'est de ramener au prix du marché, le tarif de rachat de l'électricité d'origine éolienne, ce qui revient à abroger l'arrêté Pierret / Cochet.

L'EMPLOI DANS L'EOLIEN :
Il faut bien entendu ne considérer que les emplois permanents. L'ouvrier qui coule le béton d'un socle n'aura plus de travail dans l'éolien une fois les machines en fonction. Il en est de même pour le collaborateur qui rédige l'étude d'impact chez un promoteur. Il reste les équipes de maintenance dans l'hypothèse d'un éolien industriel massif en France (hypothèse qui est pour l'instant loin d'être d'actualité). La surveillance des centrales éoliennes se fait à distance et un opérateur qui peut se trouver à l'étranger déclenche les équipes d'intervention qui peuvent se trouver n'importe où en Europe. D'ailleurs les industriels de l'éolien, presque tous étrangers, l'ont dit et répété au colloque éolien de Caen : " dans l'état actuel des projets nous n'avons pas l'intention de créer des usines en France " Par contre ces constructeurs danois, allemands, espagnols, … ont un marché national saturé et il aimeraient trouver des débouchés nouveaux en France. Il se crée en moyenne un emploi par MW mais chez le constructeur à l'étranger. Par exemple fin 2003, 100 MW éoliens tournaient dans l'Aude pour ZERO emploi permanent.

De plus comme le dit le rapport Burette on achète à prix d'or des machines danoises, allemandes, espagnoles ou américaines pour fabriquer des kWh payés très cher en taxant le consommateur et qu'on revend à bas prix à nos voisins allemands, espagnols, anglais, etc. avec en plus pour l'Espagne le financement de la ligne THT qui sert à évacuer le courant vers l'Espagne. C'est une stratégie perdant-perdant qui ne sert qu'à enrichir les promoteurs et les constructeurs. La croissance et la balance des paiements en sont gravement affectées et cela nuit implacablement à l'emploi.

Le retard de la France par rapport à l'Allemagne et à l'Espagne nous est envié par ces pays qui commencent à se rendent compte dans quelle impasse ils se sont fourvoyés et ne savent pas comment s'en sortir. C'est un véritable désastre énergétique, écologique et économique.
***

Accueil | A la Une | Vidéo | Régions de France | Dossiers | Plan du site | Forum | Nous Ecrire

Ce site a été crée par Jean-Louis Butré.Ce site est protégé par Copyright©. Contacter le webmaster.